mardi 18 janvier 2022, par lacriee

Bertille Bak

Née en 1983 à Arras,
Vit et travaille à Paris, France.
représentée par la galerie Xippas à Paris et The Gallery Apart à Rome.

_
Artiste plasticienne et vidéaste, elle est diplômée de l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris et du Fresnoy Studio national des arts contemporains.

L’œuvre de Bertille Bak se construit autour de la rencontre avec des communautés et des minorités souvent fragiles, marginales ou invisibles. Elle en observe minutieusement les rites, les objets, les espaces lors de longues périodes d’immersion ; le temps nécessaire pour nouer des relations de confiance avec les personnes et imaginer avec elles des récits, qui prennent la forme de vidéos et d’installations. Elle pose sur le collectif un regard décentré de l’ethnographie et propose à ses membres de faire « un pas de côté » pour rejouer, amplifier et détourner ce qui compose leur quotidien. Avec humour et poésie, tendresse et ironie, elle créé ainsi de nouveaux collectifs et des fictions, à la fois engagées et décalées.

Petite-fille de mineur, elle a mené des projets dans les Corons à Barlin et à Lens, avec des religieuses à Paris, des Roms à Ivry-sur Seine, des marins à Saint-Nazaire, des décortiqueuses de crevettes au Maroc ou encore des cireurs de chaussure en Bolivie. Dans un cheminement artistique qui s’intéresse à l’humain et à tout ce qui l’entoure, des espaces d’habitation au objets du quotidien, elle rend visibles les liens, les luttes et les histoires pour construire des fables contemporaines.

Les œuvres de Bertille Bak transfigure le réel en jouant sur les effets spéciaux et sonores, avec un goût pour l’absurde, le bricolage et le burlesque. Ses vidéos renvoient aux films de Jacques Tati, de Chaplin, aux petits métiers photographiés par Robert Doisneau, aux arts populaires avec ses collections d’objets ethnographiques. Bertille Bak joue sur la mise en scène et l’attraction qu’elle suscite, pour nous sensibiliser à la question de l’exploitation et aux conditions de vie précaire de communautés invisibles. Dans la forme, tout comme dans son processus de travail, Bertille Bak s’intéresse à la fragilité, inhérente au collectif et au point de bascule entre réalité et fiction. Ses films, installations et éléments de décors oscillent ainsi entre le naïf et l’incisif, la coopération et l’exploitation, l’ironie et la poésie, pour créer des nouvelles formes de résistance.

L’artiste a récemment mené une résidence à la fondation Pinault et reçu le prix prestigieux de la fondation Mario Merz où elle exposera à Turin en 2022. Elle a une double actualité à Rennes, avec son exposition DARK-EN-CIEL à La Criée centre d’art contemporain, et une autre réalisée avec les étudiantes du Master Métiers et Arts de l’Exposition à la galerie Art & Essai, sur le campus Villejean.