Mini bio de Meriem Bennani // Les ressources pédagogiques

lundi 17 septembre 2018, par lacriee

Meriem Bennani

Née en 1988 à Rabbat, Maroc
Vit et travaille à New-York, États-Unis

meriembennani.com

Meriem Bennani a étudié à The Cooper Union, New York et à l’ENSAD, Paris. Son travail mêle la vidéo, l’animation, la sculpture, le dessin et l’installation, et investit la narration en empruntant aux langages de la télé-réalité, de la publicité, du documentaire, des vidéo-clips, de la mode ou de l’esthétique commerciale des grandes marques (elle a d’ailleurs créé avec sa sœur la griffe Jnoun). Ses films, installations et environnements immersifs associent avec humour et fantaisie, des références à la culture populaire mondialisée aux représentations vernaculaires et traditionnelles de la culture et de l’histoire marocaines. Bennani s’intéresse à la question des identités fracturées dans la société contemporaine, aux histoires de genre qu’elle bouleverse à travers le filtre des technologies numériques. Elle diffuse régulièrement ses vidéos ou images animées sur les réseaux sociaux, notamment sur ses comptes Instagram et Snapchat.

Parmi ses œuvres, Fardaous Funjab (2014) est une fausse émission de télé-réalité itinérante centrée sur un créateur de hijab fictif qui crée des designs kitchs et absurdes, tels qu’un hijab en forme de panier de balle de tennis ou d’un gâteau de mariage à plusieurs niveaux.

L’installation vidéo Fly, exposée en 2016 au MoMA PS1, propose une expérience vidéo immersive. Celle-ci reprend la structure en mosaïque des yeux d’une mouche avec un patchwork de projecteurs. L’œuvre se compose d’une succession de séquences, filmées dans la ville natale de Bennani à Rabat. Une mouche animée fait office de guide en nous faisant traverser des scènes fragmentées de marchés, de mariage et d’entretiens avec des proches, arrêtant de temps en temps pour chanter une version déformée de «Kiss It Better» de Rihanna.

En 2017, Meriem Bennani présente pour la première fois l’installation vidéo Siham & Hafida, à la galerie The Kitchen à New York, puis à Stanley Picker à Londres, et en 2018 à La Criée à Rennes pour la biennale A cris ouverts.