Archive de novembre 2022

Découverte du podcast par les CM2 et les CM1

vendredi 25 novembre 2022

Les CM2 ont passé un très bon moment à écouter le podcast réalisé par Simon Poligné :ils ont beaucoup apprécié la musique et les différentes histoires.

https://www.la-criee.org/fr/echos-dexpos/

Voici quelques commentaires :

« J’ai adoré, c’était très doux, la musique était très douce. Bravo Simon! » Livia
« Je trouve que les musiques vont bien avec les histoires. Le tout est trop bien. » Noane
« Bravo à toi Simon, j’ai adoré les podcasts avec la musique! » Clémence
« J’ai beaucoup aimé les histoires et tout le travail que Simon a fait pour les bruitages. Je lui dis bravo! » Lylou
« Ca rend super avec les musiques! « Sybille
« Je suis contente et la musique est trop bien! « Adèle
« J’ai bien aimé parce que les musiques sont trop cool. » Luna
« J’ai adoré, les musiques sont très jolies. Elles vont bien avec les histoires. » Ezio
« Bravo Simon pour ton travail! La musique de fond était relaxante. » Marceau
« Merci Simon pour le podcast, j’ai beaucoup aimé la musique que tu as mise. J’ai adoré le podcast. » Ninon
« Merci Simon pour cette réalisation! Les musiques sont cool! » Arthur
« J’ai adoré! Merci Simon, les musiques étaient extraordinaires ! » Raghad
« C’est superbe! Les musiques sont superbes! J’ai adoré! » Lola
« J’ai adoré les musiques! Super travail Simon!  » Pablo
« Ca rend super avec les musiques! » Sybille
« Merci Simon! » Loanne
« Bravo, les musiques sont très belles et très réussies!  » Ewen
« Bravo Simon! J’adore les écoutes! Très bien la musique! Chapeau! « Antonin
« Trop bien ! »Samuel
« C’était bien, c’était cool la musique .  » Noah
« J’ai adoré! La musique était bien aussi! Merci!  » Juliette
« J’ai bien aimé parce que la musique était très douce et qu’elle allait bien avec les histoires. Bravo Simon! » Livia
« Merci, tu as fait du très bon travail! J’adore! » Lilian
Nous avons voté pour notre histoire préférée: c’est celle de la salade « Mon amour » qui a largement gagné!
Merci à Simon Poligné pour cet enregistrement et à Charbel Joseph Boutros pour cette belle exposition.
Voici également quelques commentaires des élèves de la classe de CM1 :

« J’ai aimé les podcasts car les musiques étaient très belles. »
« J’ai trouvé que c’était joli, la musique avec les voix des enfants. »
« J’ai beaucoup aimé parce que c’était poétique, on entendait des voix et il y avait de la musique. »
« J’ai trouvé que les petits sons allaient bien avec les phrases. Et que les podcasts étaient bien construites. »
« Bien avec la musique, très joli ! »
« J’ai adoré les musiques. »
« J’ai bien aimé les expressions des personnes qui racontaient l’exposition. »
«  J’ai bien aimé les podcasts, les histoires inventées sont très intéressantes. »

Échos d’expo chez les CM1

vendredi 25 novembre 2022

Suite à la visite de l’exposition The Sun is my Only Ally de Charbel-Joseph H. Boutros les élèves de CM1  de l’école Jules Verne à Chevaigné se sont prêtés à l’exercice suivant :

« Écrire un  récit réel ou imaginaire autour d’un objet qui a une signification particulière pour toi ».

Leurs productions écrites et mises en scène photographiques sont à découvrir ici : Récits autour d’un objet

Bonne lecture !

Échos d’expos : l’expo des CM2

vendredi 25 novembre 2022

Les CM2 de l’école Jules Verne de Chevaigné ont créé leur exposition photographique suite à la découverte de l’exposition de Charbel Boutros à la Criée. Ils ont choisi un ou plusieurs objets, l’ont mis en valeur pour le prendre en photo puis ont rédigé un court texte pour  présenter cet objet. Le réel et l’imaginaire pouvaient se mêler dans ce texte.

 

   

 Le jeu de dames, par Ninon

Quand mon papa avait à peu près 18 ans, il était à l’internat il  faisait des jeux de dames en bois. Moi, j’ai demandé à mon papa d’en faire un. Nous l’avons fabriqué en bois. Mon papa est très doué pour faire des jeux de dames. Et j’ai aimé passer un bon moment avec lui.

  Le mystère, par Lylou

C’est l’histoire de trois hommes qui voulaient construire quelque chose. Tous les jours,les passants de la ville voyaient les hommes travailler mais sur quoi ? Personne ne savait sur quoi ils travaillaient. Les années passèrent et les hommes se figèrent dans le temps. Ils rétrécirent et changèrent de couleur.

  Le cheval magique, par Sybille

C’est l’histoire du cheval magique. Quand je suis allée au magasin de jouets, j’ai vu ce cheval galoper dans le magasin. Je l’ai acheté. Quand je suis arrivé chez moi, le cheval galopait. Mais personne ne le voyait. On m’a emmené chez le docteur : j’avais eu une hallucination.

 Le roi de la jungle, par Samuel

Voici le roi de la jungle. Il s’entraîne tous les jours, matin et soir, avec sa famille imaginaire. Il pense tous les jours que son frère va rentrer à la maison. Le soir, il fait manger son bébé lion. Le matin il va chasser les pandas et renards. Il aime les nougats et les bambous.

 Le panda et son bambou, par Marceau

C’est l’histoire d’un panda, le panda le plus vieux du monde. Il a survécu parce qu’il mange 14 heures par jour. Il a 30 ans, il mange 90 % de bambou. Il vit avec sa famille en Chine, les visiteurs font plein de photos pour avoir des souvenirs de leurs vacances. Je voulais vous le présenter parce que je troue cette histoire passionnante.

 Le capitaine et le hamac, par Ewen et Lilian

Un homme nommé le capitaine Hadock a fait la Route du Rhum. Il s’est ensuite reposé sur un hamac en Guadeloupe. Après l’effort, le réconfort ! Après il est allé dans un bar pour boire du rhum et ensuite il est allé à l’hôtel pour se reposer. Et pour finir, il est retourné dans son hamac pour boire du rhum.

 

 L’éradication des villageois par les monde nécropoles, par Arthur

C’est l’histoire d’un Destroyer lourd nécron. Il est parti éradiquer les villageois pour reprendre les mondes nécropoles. Pourquoi ? Pour que tous les visiteurs de la Criée puissent connaître les Warhammer 40,000. Et parce que j’adore les Warhammer 40,000 et les legos Minecraft.

 La statue du stade, par Noah

Voici Bourigeaud, le célèbre joueur du stade Rennais que j’ai représenté avec de l’herbe. Son histoire : C’est Bourigeaud, Benjamin Bourigeaud qui, après la fin d’un match rencontra un enfant qui prit une photo avec Bourigeaud. Pendant la photo, Benjamin serra fort la peluche. Comme par magie, la peluche prit vie puis joua comme Bourigeaud. Elle partit puis elle se retrouva dans un magasin et fut vendue. Voilà son histoire.

 La médaille, par Luna

Cette médaille, je l’ai reçue à un concours d’obstacle :la plus grande cavalière me l’a donnée de ses propres mains. C’est un porte-bonheur pour moi. Parce que j’ai été première sur 20 personnes. La cavalière la plus connue m’a dit que cette médaille était très rare. Un forgeron a mis des pépites en or à l’intérieur de la médaille.

 La figurine, par Adèle

C’est une figurine Pop qui s’appelle Hermione. Elle est fabriquée avec du fer et pour moi elle est très précieuse. Elle coûte 99 euros, c’est rare d’en trouver et, des fois, j’ai l’impression qu’elle va me jeter un sort. Je la présente parce que c’est une figurine Harry Potter et j’adore Harry Potter.

 Mon coco-piano, par Noanne

J’étais en Espagne sur l’île des Canaris, et je me baladais sur la plage. J’ai vu un cocotier et ça m’a donné une idée : je suis montée sur le cocotier et j’ai pris une noix de coco. Je suis allée dans mon atelier de bricolage pour essayer de transformer ma noix en un instrument de musique. J’ai choisi la peinture, le fer, plus le bois pour recouvrir la coco. Ça m’a pris trois heures, heureusement que j’aime bricoler et peindre ! Vu qu’il était fait à partir d’une noix de coco et que les touches pour faire la musique ressemblaient à des touches de piano, j’ai appelé mon instrument coco piano.

 Le boyard, par Lola

Je suis allée à Fort Boyard en bateau, je suis entrée et j’ai rencontrée Big Bou, Laidi Bou, Blanche, le Père Fourras et tous les personnages du fort. J’ai fait tout le tour du fort. J’ai récolté les autographes de tous les personnages. A la fin de la visite, ils m’ont donné un boyard de collection comme ceux qu’ils donnent aux candidats. Je suis repartie avec mon boyard !

 Les crayons enchantés, par Loanne

Il était une famille avec un jeune garçon de 6 ans qui avait commandé des crayons de couleur pour noël. Son père était une personne égoïste et sa mère était très gentille.
– Tu n’as pas besoin de crayon, disait son père.
Mais, à Noël, la maman lui a offert des crayons et le père était furieux. Ce qu’il ne savait pas c’est que les crayons étaient magiques et les crayons bougèrent tout seuls

 La petite chaise, par Livia

Cette chaise appartenait à la grand-mère d’une amie, qui a maintenant 100 ans. Cette chaise, elle l’emportait partout. Un jour, elle l’emmena à la plage…et en partant, ELLE L’OUBLIA! La chaise resta là pendant des années…jusqu’à ce que je la trouve et que je l’expose.
Quelques années plus tard, mon amie est venue chercher la chaise de sa grand-mère et je la lui ai donnée.
Je ne sais pas où est la chaise maintenant, mais j’ai des photos.

 Barbie en vie, par Juliette

Un soir, je me suis endormie et le matin j’ai vu les barbies se réveiller et vivre. Elles vivaient vraiment ! Thaïs portait un bébé. Elles parlaient ! Thaïs m’a dit que le bébé qu’elle portait était le bébé que Skipper devait garder. J’étais stupéfaite…!

 Mini Groot et les pierres précieuses, par Ezio

Voici mini Groot qui se promène dans la nature. Son but ? Trouver des pierres précieuses. A un moment, il trouve des pierres. Il est très content. Groot a trouvé une verte, une bleue et deux petites pierres marron. J’ai voulu présenter ça parce que ça parle de la nature.

 La cafetière en or, par Raghad

C’est l’histoire de cette cafetière. Mon oncle me l’a apportée de l’Arabie Saoudite quand j’étais aux Pays -Bas. J’ai beaucoup aimé car c’était le plus beau cadeau de ma vie. Il m’a aussi apporté des petites mosquées en or. Merci mon oncle !

 Junior Lantah, par Clémence

C’était en 2021, j’ai participé à Kolanta et j’ai fini deuxième. J’ai particulièrement réussi l’épreuve de natation mais je n’ai pas réussi l’épreuve où il fallait construire un radeau avec ce qu’on avait sur l’île. Denis Brogniart m’a quand même donné un totem tout blanc. J’ai trouvé que c’était trop blanc donc je me suis dit que je pouvais le repeindre. J’ai pris ma peinture marron puis je l’ai repeint et mis à sécher.

 La danse de la jungle, par Antonin

Voici la danse de la jungle ! Groot danse dans la jungle et on voit le jury (le loup et le villageois) regarder la scène.

LA DANSE DE LA JUNGLE : c’est quand tu danses dans la jungle et en même temps tu bouges ton corps. Puis tu trouves un arbre musical.
Et c’est parti !!

Je voulais vous la présenter car j’adore Groot !

 

 Roi lion crétin, par Raphaël

Voici le Roi lion Crétin ! À la place de Simba, il y a Simba Crétin. À la place de Moufassa, il y a Moufassa Crétin…Voici le roi lion en plus fun et en plus Lapin Crétin. C’est la même histoire mais les personnes qui incarnent les personnages sont les Lapins Crétins.
J’ai voulu montrer ça parce que je trouvais que c’était assez rigolo.

 La mine fantôme, par Pablo

À l’époque, c’était une mine. Il y avait plein d’or et c’était la plus riche avec des pierres précieuses. Mais les fantômes l’ont envahie et tout le monde l’a fui. De nos jours, plus personne ne l’occupe. Mais l‘or, le fer, le diamant, les pierres précieuses et le charbon sont toujours là.

Biographie d’Isabelle Arthuis

lundi 21 novembre 2022

Née en 1969 au Mans, France.

http://isabellearthuis.com

Formée au Beaux-arts de Rennes en France, Isabelle Arthuis a depuis était exposée de nombreuses fois à l’étranger. En Belgique (Bruxelles, Liège) mais aussi au Brésil (Rio de Janeiro), en Suisse (Fribourg), en Autriche (Vienne, Salzbourg), au Luxembourg, en Allemagne (Francfort), en Grèce, Monte Negro, Pologne. Elle reste cependant très attachée à la Bretagne et y passe plusieurs mois chaque année. On peut régulièrement retrouver dans son travail des paysages bretons : du port de Brest à la grotte de Donnant à Belle-ile-en-Mer, jusqu’au côtes rocailleuse de Trédrez-Locquémeau. Et elle a exposé ses œuvres à plusieurs reprises dans les musées et centre d’art de Bretagne : au centre d’art contemporain du Dourven, au FRAC Bretagne, au centre d’art contemporain Le Quartier de Quimper, au Musée des Beaux-arts de Brest, mais aussi au Théâtre National de Bretagne, etc.

Fort de l’empreinte de ses voyages et des lieux qu’elle a pu investir, son travail est aussi marqué par sa formation initiale en peinture « Je peins avec mon appareil photo », ainsi que par le cinéma. Isabelle Arthuis crée des images qui prennent différentes formes selon les contextes et les lieux où elle intervient : photographies argentiques ou numériques, affiches de très grands formats qu’elle placarde souvent dans l’espace public, installations photo & vidéo, livres d’artistes, diaporamas dans lesquels elle joue de véritables suites visuelles et chromatiques, ou encore des films qu’elle traite de façon quasi pictorialiste.

Ses œuvres sont conservées dans plusieurs collections publiques et privées internationales (Stedelijk Museum d’Amsterdam, Frans Hals Museum de Haarlem, National Gallery of Iceland, Living Art Museum de Reykjavik, MOMA de New-York, Victoria & Albert Museum de Londres, Bibliothèque Kandinsky du Centre Pompidou, FNAC, FRAC Bretagne, etc).

Workshop au Musée des Beaux-Arts

jeudi 17 novembre 2022

Du 24 au 28 Octobre, plusieurs groupes d’habitant·es de Maurepas sont venus à une session de rencontres et ateliers photographiques avec Isabelle Arthuis au Musée des beaux-arts de Rennes.

Les ateliers se sont déroulés en plusieurs étapes. Les participant.es devaient, dans un premier temps, explorer le premier étage du musée à la recherche de personnages parmi les peintures qui les inspiraient. Ils devaient ensuite les prendre en photo.

 

Une sélection de quatre images a été faite avec l’aide d’Isabelle Arthuis et des équipes de médiation du Musée des Beaux-Arts et de La Criée. Les quatre images ont été imprimées et les habitant.es de Maurepas repartaient alors déambuler dans les allées du musée.

 

L’opération s’est répétée ainsi pour les participant.es afin que chacun.e puisse trouver quatre personnages, quatre lieux, et quatre actions parmi l’ensemble des tableaux qui les entouraient. Une fois les repérages terminés et les images imprimées, l’idée était que les participant.es puissent imaginer des histoires à partir de celles-ci et les dévoiler au reste du groupe si elles.ils le souhaitaient.

 

À travers la photo, l’atelier a permis une approche inhabituelle des œuvres du musée. Les participant.es devaient se concentrer sur des détails plutôt que sur l’entièreté des peintures. Leur imaginaire, leur Fantaisie, a lui aussi été sollicité autrement puisqu’elles.ils ont dû inventer des histoires mêlant des personnages, lieux, actions provenant de différentes œuvres, parfois datant de plusieurs siècles d’écart. Chacun.e pouvait inventer de nouveaux récits aux œuvres et les réinterpréter à leur manière. C’est là l’un des objectifs du travail d’Isabelle Arthuis :

« Fantaisie » interroge notre relation à l’art, questionne ses enjeux actuels et les manières de voir, de faire et montrer des œuvres aujourd’hui. – Isabelle Arthuis

Biographie de Charbel-jospeh H. Boutros

mercredi 16 novembre 2022

Charbel-joseph H. Boutros


né en 1981 au Mont Liban, Liban
vit et travaille entre Beyrouth, Liban et Paris, France

Il est représenté par Grey Noise, Dubai, Jaqueline Martins Gallery, São Paulo et Bruxelles, Galeria Vera Cortês, Lisbonne

www.charbeljosephageboutros.com

 

Charbel-joseph H. Boutros est un représentant de la jeune scène artistique libanaise, dont le travail est présenté à l’international. Il a été résident à la Jan van Eyck Academie, Pays Bas et au Pavillon du Palais de Tokyo où il a exposé (lors d’un module en 2014 ; et Sueur d’étoile, intervention sur le toit du bâtiment en 2015). Il a présenté son travail, entre autres, à La 12ème Biennale Internationale d’Istanbul, Turquie, au Centre Pompidou – Metz, au CCS Bard College, New York, à la 3ème Biennale de Bahia, Brésil, la 1ère Biennale de Yinchuan, en Chine, au 104 à Paris, au Musée d’art moderne MAM-BA, Salvador au Brésil, au Beirut Art Center, Liban.

Né au Liban au milieu de la guerre civile (1978-1990), Charbel-joseph H. Boutros ne cherche pas dans son travail à refléter le réel, mais plutôt à y résister, en saisissant l’immatériel. Ses œuvres se construisent à partir d’expériences personnelles, de géographies (en particulier de ses multiples déplacements), d’histoires de l’art ou de questionnements politiques et historiques. L’artiste aborde l’invisibilité comme un matériau à part entière : au béton, à la cire ou au marbre, il mêle des souhaits, de l’amour ou la lumière du soleil.

Dans un entretien avec l’artiste Ismaïl Bahri en 2015, il précise ainsi son processus de travail :

« Toutes mes pièces aboutissent à quelque chose de l’ordre de l’invisible. Elles démarrent toutes d’un élément de la réalité : je ne vais jamais chercher quelque chose d’exceptionnel pour commencer une pièce. Elles relèvent du quotidien : un calendrier, la nuit, le sel, le sucre, l’eau. Elles appartiennent à notre réalité qui est très vite transcendée. Toute ma recherche porte sur une esthétique de l’invisible. Mes pièces semblent minimales, mais elles ouvrent d’autres portes. Il y a un lien avec Duchamp, avec cette volonté de Duchamp de se libérer du rétinien. […] Mon œuvre propose un paysage mental. Je souhaite échapper à la réalité en proposant une autre poétique qui dépasse notre quotidien. »

source : www.charbeljosephageboutros.com/Site/cjhb_text_bio

La représentation du soleil dans l’art

mercredi 16 novembre 2022

Le soleil est souvent représenté en art par une sphère ou un cercle lumineux.

C’est le cas pour l’œuvre d’Andy Warhol, Sunset.

L’artiste danois Olafur Eliasson représente le soleil de différentes façons, par la photographie, la peinture mais aussi l’installation.

L’artiste Charbel Joseph H. Boutros, dans son exposition The Sun Is My Only Ally (Le soleil est mon seul allié), place le soleil au centre de son travail. Pourtant, le soleil n’est pas présent physiquement dans l’exposition. L’artiste n’expose pas une sphère ronde et lumineuse, il représente le soleil de manière conceptuelle.

D’abord, le soleil est représenté par sa lumière dans une vidéo. Dans l’œuvre NO LIGHT IN WHITE LIGHT (Pas de lumière dans la lumière blanche), l’artiste film un prêtre qui lit dans la forêt. Dans la vidéo, la lumière du soleil baisse lentement en laissant place à l’obscurité.

Le soleil est aussi rappelé par la musique dans l’exposition. Dans l’œuvre Three Songs, Three Exhibitions, Charbel Joseph H. Boutros a fait construire trois bouzouks. Sur chacun des bouzouks le luthier a joué une seule mélodie en hommage aux expositions précédentes de l’artiste. Aux heures respectives du coucher du soleil au Liban et en Belgique, la mélodie composée en hommage à chacune des expositions retentie.

L’œuvre Days Under Their Own Sun représente le soleil d’une autre manière. Trois feuilles d’une éphéméride sont accrochées au mur. Elles ont toutes les trois une couleur différente, plus ou moins jaune, puisqu’elles ont été exposées au soleil dans trois lieux différents: une sous le soleil du mont Liban, une autre à Beyrouth et la dernière à Bruxelles.

Charbel Joseph H. Boutros ne représente pas le soleil par une sphère ronde et lumineuse. Il le représente par sa lumière dans la vidéo, par le son mais aussi par ses effets.

L’art conceptuel

mercredi 16 novembre 2022

Dans son exposition The Sun Is My Only Ally, Charbel Joseph H. Boutros présente des œuvres qui requièrent une explication afin d’en saisir le sens. L’artiste s’inscrit dans le mouvement de l’art conceptuel. Apparu dans les années 1960, il se caractérise par la tentative de s’éloigner de l’art traditionnel, de la beauté et du sensible physique afin de développer des idées au delà de la matérialité de l’objet, portées sur le sens de l’œuvre d’art. L’idée, le concept prime sur la réalisation plastique. L’art conceptuel utilise différents moyens pour cela : l’installation, la sculpture, la photographie, le numérique, le dessin, le schéma, le plan, etc. Selon les choix de l’artiste, un cartel placé près de l’œuvre ou une explication dans le livret de visite peuvent aider à en saisir le sens.

Certains artistes d’art conceptuel critiquent la représentation physique comme l’artiste, Sol LeWitt : « La couleur, la surface, et la forme ne font qu’accentuer les aspects physiques de l’œuvre. Tout ce qui attire l’attention sur le physique d’une œuvre nuit à la compréhension. »¹. Selon lui, la matérialité physique tend à créer des limites à l’appréhension de l’œuvre et empêche d’en comprendre le sens.

Sol LeWitt – White Five Part Modular Pieces, (1971), Wall Drawing 462 (1986)

D’autres pensent l’art conceptuel comme le questionnement sur la définition même de l’art. Joseph Kosuth, Robert Barry, Victor Burgin ou encore Daniel Buren ont travaillé à développer cette théorie de l’art conceptuel.

Joseph Kosuth – One and Three Chairs, 1965

L’exposition de Charbel Joseph H. Boutros est conceptuelle, la plupart des œuvres de l’exposition The Sun Is My Only Ally, ne peuvent-être déliées de leur explication. Par exemple, le concept des œuvres Untouched Marble, Life Variation #2 ou encore 2m Long of Isolated Darkness ne peut être compris qu’à l’aide des explications de l’artiste.

Charbel Joseph H. Boutros, 2m Long of Isolated Darkness, 2020, courtesy de l’artiste, Grey Noise, Dubaï, Jaqueline Martins Gallery, São Paulo, Bruxelles, Vera Cortês, Lisbonne – photo : Aurélien Mole
Charbel Joseph H. Boutros, Untouched Marble, 2014, courtesy de l’artiste et Grey Noise, Dubaï – photo : Aurélien Mole
Charbel Joseph H. Boutros, Life Variation #2, 2020, courtesy de l’artiste, Grey Noise, Dubaï, Jaqueline Martins Gallery, São Paulo, Bruxelles, Vera Cortês, Lisbonne – photo : Aurélien Mole

Les œuvres de Charbel Joseph H. Boutros, se rapprochent d’un art conceptuel particulier : le Ready Made. Développé par Marcel Duchamp, le Ready-Made, en français « prêt à l’emploi », est apparu au début du XXème siècle. Il consiste à détourner un objet du quotidien pour en faire une œuvre d’art par la simple volonté de l’artiste. Marcel Duchamp imagine ainsi de nombreux objets d’art. Il utilise une roue de vélo installé sur un tabouret La Roue de bicyclette (1913), un porte bouteilles Porte-bouteille (1914), et un urinoir Fontaine (1917).

Marcel Duchamp – Roue de bicyclette (1913), Porte-bouteille (1914), Fontaine (1917)

Charbel Joseph H. Boutros utilise les mêmes procédés notamment avec son œuvre Amitié. Il expose deux paires de chaussures ordinaires qui deviennent œuvre d’art. Le même effet se produit sur les œuvres Three Abstractions on Three Histories, trois chemises blanches ordinaires pendues à une structure métallique, et sur Drink Europa, un verre d’eau posé sur une table d’appoint. Ces œuvres deviennent œuvre d’art par la volonté de l’artiste, par le sens qu’il leur donne. Ainsi, les chaussures représentent une amitié. Une chaussure a été portée par l’artiste lors de ses voyages en Europe et l’autre a été portée par son ami à Beyrouth. Toutes deux ont été réunies pour l’exposition. Les trois chemises représentent une filiation. Une a appartenue à l’artiste, la seconde à son père, et la troisième à son grand-père. Enfin, le verre d’eau contient 27 eaux minérales provenant des 27 pays européens.

Charbel Joseph H. Boutros, Amitié, 2018, courtesy de l’artiste et Grey Noise, Dubaï – photo : Aurélien Mole
Charbel Joseph H. Boutros, Three Abstractions on Three Histories, 2016, courtesy de l’artiste et Galeria Vera Cortês, Lisbonne – collection Laurent Fiévet, Paris – photo : Aurélien Mole
Charbel Joseph H. Boutros, Drink Europa, 2013, courtesy de l’artiste et Vera Cortês, Lisbonne – photo : Aurélien Mole

 

 

 

¹ LEWITT, Sol, « Paragraphs in Conceptual Art », Art Forum, 1967.

Écritures mobiles

lundi 14 novembre 2022

À l’occasion des ateliers « d’écritures mobiles » et d’initiation aux pratiques curatoriales développés par Marion Zilio, un groupe d’étudiants de l’École européenne supérieure d’art de Bretagne sont venus en visite à La Criée et ont rencontré la commissaire de l’exposition Sophie Kaplan.

Ils ont produits trois textes, à la fois poétiques et critiques sur l’exposition The Sun Is My Only Ally.

Voici leurs contributions :

À jamais plus un seul, écritures mobiles

Dormir en marchant, écritures mobiles

Trois Bouzouks, écritures mobiles

INVENTAIRE À LA PRÉVERT DES MATÉRIAUX DE L’EXPOSITION

lundi 14 novembre 2022

 

  • Souhaits
  • Espoir
  • Structure métallique
  • Dalles de granit
  • Tube métallique
  • Vide
  • Cinq stèles provenant du Brésil, du Liban, de France, de Belgique et de Grèce
  • Morceaux d’une bague brisée
  • Gravier
  • Déplacement
  • Amour
  • Masque de nuit d’avion
  • Rêves
  • Couverture en coton
  • Mine
  • Papier blanc
  • Chaleur
  • Obscurité
  • Verre à boire
  • 27 eaux minérales européennes
  • Table d’appoint
  • Sculpteur
  • Deux visiteurs
  • Exposition
  • Structure métallique peinte
  • Bois
  • Personnel du centre d’art
  • Exposition
  • Carton
  • Cire de bougies votives
  • Peinture acrylique
  • Cendres de communiqués de presse
  • Tapis
  • Tablette
  • Vidéo
  • Sable de plage
  • Stand de foire d’art
  • Galerie
  • Contrat
  • Mort
  • Mausolée
  • Galeriste
  • Trois bouzouks
  • Luthier
  • Support métallique
  • Moquette
  • Son
  • Cubes de marbre
  • Vélo
  • Bloc de béton
  • Graines de pastèque
  • Paire de chaussures Stan Smith
  • Bobine d’une cassette
  • Album de musique
  • Trois chemises blanches
  • Feuilles de calendrier libanais
  • Soleils
  • Étagère en bois
  • Oreiller
  • Couette
  • Tickets de caisse de supermarché
  • Marqueur
  • Cadre
  • Mousse d’isolation